Photographie du panneau à l'entrée du village d’Épargnes. Ceci est pour illustrer les différents types d'épargne.
Épargne FINANCES PERSONNELLES

Les 5 différents types d’épargne

Pour beaucoup, épargner signifie mettre de l’argent de côté chaque mois sur un livret bancaire distribuant peu de rendement, mais disponible en cas de coup dur et surtout sécurisé. Cependant, il s’agit d’un raccourci parce qu’il existe bel et bien plusieurs types d’épargne. De plus, chacun à son rôle. J’en dénombre 5 au total. Dans cet article, nous aborderons les spécificités de chacun.

D’après des statistiques de l’Insee publiées le 31/05/2022, le taux moyen d’épargne des Français est de 18,7% du revenu brut disponible. Ce dernier correspond aux revenus dont dispose un ménage pour consommer, épargner ou investir après prélèvement des cotisations sociales et impôts directs.

Bien que je différencie l’épargne et l’investissement, il me paraît important de posséder certains de ces types d’épargne. En effet, ils sont complémentaires aux investissements et ils sont surtout indispensables au bon fonctionnement de votre budget.

1- L’épargne de précaution

L’épargne de précaution fait partie des types d’épargne à absolument posséder. En effet, elle évitera de bons moments d’inquiétude, car elle est destinée à couvrir toutes les dépenses urgentes dues à des imprévus. Par exemple, si votre machine à laver tombe en panne et qu’elle n’est pas réparable, vous la financerez grâce à votre épargne de précaution.

Ce principe consiste à mettre chaque mois tout ou partie de vos économies sur un livret d’épargne réglementé jusqu’à atteindre entre 3 et 6 mois de revenus. Vous modulez ce montant en fonction de votre salaire. Le principal est que vous vous sentiez en sécurité et que vous puissiez faire face à plusieurs dépenses urgentes rapprochées.

Pour ce faire, vous utiliserez le livret A, le livret de développement durable et solidaire (LDDS), le livret d’épargne populaire (LEP) et/ou le livret jeune. Les deux derniers ne sont accessibles qu’aux personnes répondant à un critère de revenus (LEP) ou d’âge (livret jeune). Tous ces livrets présentent l’avantage d’être exonéré d’impôt et les fonds sont disponibles à tout moment.

Toutefois, les taux de rémunération de tous ces livrets sont toujours inférieurs à l’inflation. Cela signifie que l’argent placé sur ces supports dévalue. Cependant, il s’agit du seul moyen de disposer d’épargne disponible à tout moment. Du fait de cette dévaluation, vous ne devez pas les utiliser pour faire fructifier votre capital. N’y placez pas plus que vos 3 à 6 mois de salaire.

2- L’épargne à vocation immobilière

C’est un des types d’épargne qui est pour moi optionnel et qui dépend vraiment de votre stratégie d’investissement et de vos projets de vie. En effet, l’épargne à vocation immobilière répond à 2 besoins :

  • Vous constituer un capital dans le but d’acquérir votre résidence principale
  • Investir dans des produits immobiliers

Afin de répondre au mieux à vos objectifs, vous n’utiliserez pas les mêmes supports pour les atteindre. En effet, dans le premier cas, le but est d’accumuler une somme qui représentera votre apport alors que dans le second cas, vous cherchez à augmenter votre patrimoine et à faire fructifier votre capital.

Vous constituer un apport

Dans ce cas, votre objectif premier est d’acquérir une somme suffisante pour convaincre une banque de vous financer. Vous ne recherchez pas forcément la performance. Pour ce faire, des produits bancaires sont spécialisés dans cette fonction. Il s’agit :

  • Du plan épargne logement (PEL) : vous devez y verser minium 45€ par mois. Si vous souhaitez retirer une partie de votre capital, celui-ci sera clôturé. Son taux est plus bas que celui de l’inflation. Celui-ci permet d’obtenir un taux préférentiel fixé à l’ouverture du plan, mais il est est généralement plus élevé que ceux du marché.
  • Du compte épargne logement (CEL) : son taux est encore plus bas que celui du PEL. De plus, il est soumis à imposition. Je ne m’attarde pas dessus, car ce placement n’a aucun intérêt.

Je devais vous parler de ces 2 produits parce qu’ils existent. Cependant, à mon sens, ils ne sont pas intéressants puisque leurs rémunérations sont trop faibles.

Toutefois, vous pouvez placer régulièrement vos économies sur un plan d’épargne en actions (PEA), un compte-titre ou une assurance vie. Vous adapterez votre risque à la durée de placement que vous envisagez. Cela sera toujours plus rémunérateur qu’un PEL ou un CEL.

Investir dans des produits immobiliers

Dans ce cas, vous cherchez à faire augmenter votre capital en investissant dans des produits immobiliers. Certains de ceux-ci sont beaucoup moins liquides que ceux cités ci-dessus. C’est-à-dire que l’argent investi n’est pas disponible instantanément.

Pour ce faire, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • La SCPI : vous achetez des parts de sociétés détenant des bien immobiliers. Suivant le type de SCPI, vous touchez des loyers régulièrement. Ce placement est bien plus accessible qu’un bien physique. De plus, vous ne vous occupez de rien. Cependant, il n’est pas liquide et le retrait de votre capital peut demander un certain temps.
  • Le crowdfunding immobilier : vous prêtez de l’argent à des promoteurs immobiliers afin qu’ils mènent à terme leur programme. Les rendements sont intéressants, mais vous ne pouvez pas retirer votre capital avant la fin du prêt. Celui-ci est bloqué durant cette période.
  • Les OPCI : ce sont des organismes de placement collectif immobilier. Ils doivent être constitués de minimum 60% d’investissements à caractère immobilier et 10% d’actifs liquides. Ils sont plus liquides et plus volatils que les SCPI.
  • Les SIIC (sociétés d’investissement immobilier cotées) : ce sont des sociétés détenant des biens immobiliers. Contrairement aux SCPI, les SIIC sont cotées en bourses. Vous pouvez donc en détenir via un compte titre. De plus, elles sont plus liquides que les SCPI.
Photographie d'une jeune fille regardant sa cabane. Ceci est pour illustrer le placement immobilier qui est un des différents types d'épargne.

3- L’épargne de rendement

À mon sens, l’épargne de rendement est aussi un des types d’épargne indispensable à la bonne gestion de son budget. En effet, celle-ci permet de planifier vos projets à moyens et longs termes. Elle vous servira par exemple à financer les études de vos enfants, un projet de travaux, un voyage, etc. Contrairement à l’épargne de précaution, l’épargne de rendement sert à financer des projets prévus.

De ce fait, vous pouvez utiliser des supports moins liquides et surtout qui ont une rentabilité plus élevée que ceux utilisés dans le cadre de l’épargne de précaution :

  • L’assurance vie : elle vous permet de placer votre capital sur plusieurs supports appelés des unités de compte. Ces dernières vous permettent de diversifier votre portefeuille pour répondre au mieux à votre stratégie. L’assurance vie vous permet d’investir autant en bourse que dans l’immobilier tout en bénéficiant d’avantages fiscaux. De plus, c’est un placement assez liquide suivant l’allocation que vous faites.
  • Le plan d’épargne en action (PEA) : Il vous permet d’investir en bourse. Tout comme l’assurance vie, ce support vous fait bénéficier d’avantages fiscaux. Cependant, tous les titres ne lui sont pas éligibles. En effet, vous ne pouvez acheter que des actifs européens excepté quelques ETF internationaux.
  • Le compte-titre : Il vous permet d’investir dans tous les actifs boursiers sans aucune limite géographique. Toutefois, avec ce support, vous ne bénéficiez d’aucun avantage fiscal.
  • Le crowdfunding immobilier : cet investissement consiste à prêter de l’argent à des promoteurs immobiliers. Il vous permet de diversifier votre portefeuille. De par la faible durée de placement, vous récupérez régulièrement vos plus-values soit pour les réinvestir, soit pour les utiliser. Néanmoins, le capital est bloqué durant toute la durée de l’investissement. Prévoyez donc en fonction de vos besoins en capital.
  • Le crowdlending : c’est une autre forme de financement participatif. Celui-ci permet de prêter de l’argent à des entreprises. Suivant le contrat, vous êtes remboursé soit chaque mois, soit en une seule fois en fin de prêt. Les taux sont intéressants. C’est un bon moyen de diversifier votre portefeuille.

4- L’épargne d’entreprise

L’épargne d’entreprise est un des types d’épargne que chacun utilise comme bon lui semble. Personnellement, je ne l’ai jamais utilisé, car je ne souhaitais pas bloquer mon capital pendant 5 ans sur un plan épargne entreprise (PEE). Cependant, les taux proposés sont relativement intéressants.

Ce type d’épargne est intéressant pour placer, si vous en percevez, vos primes de participation et d’intéressement. En effet, cela vous permet de ne pas payer d’impôts dessus. De plus, vous les investissez, donc vous faites des plus-values.

Pour ce faire, 2 supports s’offrent à vous :

  • Le plan épargne entreprise (PEE) : c’est un dispositif d’épargne mis en place par l’entreprise pour ses salariés. Il vous permet de vous constituer une épargne moyen ou long terme et de bénéficier d’avantages fiscaux tel que la défiscalisation de vos primes de participation et d’intéressement. Néanmoins, votre capital est bloqué pendant 5 ans. Toutefois, vous pourrez le débloquer avant sous certaines conditions.
  • Le Perco (Plan d’épargne pour la retraite collectif) : ce placement permet aux employés d’une entreprise de se constituer un capital supplémentaire pour la retraite. Votre capital est bloqué jusqu’à votre retraite, mais il peut être débloqué avant sous certaines conditions. Tout comme le PEE, le Perco vous permet de défiscaliser vos primes de participation et d’intéressement.

Ces deux dispositifs sont mis en place par votre employeur dans le cadre de la négociation collective ou par décision unilatérale de celui-ci. Il peut également choisir de procéder à des abondements lorsque vous placez sur un de ces supports.

5- L’épargne retraite

Enfin, vous pouvez choisir d’épargner afin de vous constituer un revenu complémentaire lorsque vous serez à la retraite. En effet, personne ne sait de quoi demain sera fait et il est prudent de se constituer un petit bas de laine pour voir l’avenir arriver sereinement.

Pour cela, vous pouvez placer du capital sur un plan épargne retraite (PER). Vous l’alimentez comme vous le désirez et à votre rythme. Les versements sont déductibles de vos revenus grâce à l’incitation fiscale de l’État. Votre capital est bloqué jusqu’à votre départ en retraite. Cependant, il peut être débloqué avant suivant certaines conditions.

Ce produit se découpe en 2 phases :

  • Phase d’épargne jusqu’à votre retraite : vous accumulez du capital à votre rythme. En fonction de votre aversion au risque, vous choisissez votre gestion afin de générer des plus-values.
  • Phase de retraite : vous choisissez entre percevoir une rente, un capital ou un mix des 2. Cela dépend de vos projets.

Néanmoins, vous n’êtes pas obligé d’utiliser ce placement pour vous constituer vos revenus complémentaires ou, même, principaux. Pour ce faire, vous pouvez investir du capital en bourse via un plan d’épargne en action (PEA) ou un compte-titres. L’assurance vie est aussi un très bon moyen de vous constituer un matelas confortable pour votre retraite.

L’immobilier n’est pas non plus à négliger. En effet, vous achetez vos biens durant votre période d’activité et vous profitez des loyers une fois à la retraite. Toutefois, pensez à bien optimiser la fiscalité de vos investissements.

Pour conclure

Il existe plusieurs types d’épargne. L’épargne de précaution et l’épargne de rendement sont à mon sens indispensable au bon fonctionnement de votre budget personnel. En effet, la première vous évite de mettre à mal vos finances en cas d’imprévus et la seconde vous permet de préparer vos projets à plus long terme.

Les 3 autres types d’épargne ont tous leur utilité, mais c’est à vous de vous les adapter en fonction de vos besoins et de vos projets. De plus, toutes les entreprises ne proposent pas d’épargne salariale.

N’oubliez pas qu’on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. De ce fait, il est primordial d’investir afin de ne pas dépendre d’un système de rémunération et de pouvoir vous retourner si un jour vos revenus diminuent. Enfin, faites également en sorte d’avoir plusieurs sources de revenus pour compenser la défaillance de l’une d’entre elles.

Dites-moi en commentaire quels types d’épargne vous possédez.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager

Vous pourriez également aimer...

7 commentaires

  1. Bonjour Julien,
    C’est une approche intéressante! Merci pour ce partage.

    1. Bonjour Fabien,
      Merci pour ton commentaire. C’est un article qui a été pensé lors de mon retour de vacances lorsque j’ai traversé le village d’Epargnes. J’ai pris la photo du panneau qui est en couverture lorsque je me suis arrêté au village et j’ai écrit cet article quand je suis rentré chez moi.
      Voilà pour la petite histoire de cet article 😊.

  2. Je n’avais pas vu les choses de cette façon ! Pour moi, il y a l’épargne de précaution et la réserve d’opportunités (ce qui permet de former un apport ou financer un projet futur). Pour le reste je le classe plutôt sur support d’investissement ^^
    Et aussi, pour le PEE, tu n’es pas obligé d’attendre les 5 ans, il y a pas mal de clauses que tu peux faire jouer pour récupérer l’argent plus tôt ^^

    1. En effet, c’est une histoire de vision. Pour ma part, je différencie l’épargne long terme de l’investissement car, à mon sens, leur usage est différent.
      Effectivement, pour le PEE, tout comme pour le PERCO, il y a plein de clauses qui permettent de récupérer ton capital avant échéance. Je ne les ai pas détaillées mais j’ai quand même indiqué que le capital « peut être débloqué avant sous certaines conditions » 😊.
      C’est super intéressant d’avoir les visions de chacun 😉

  3. Bonjour Julien,
    A cela nous ajoutons pour notre part l’épargne d’opportunité, qui est une petite poche d’argent liquide pouvant être investi rapidement en cas de bonne affaire.

    Bonne continuation

  4. Bonjour, le meilleur investissement, on le voit bien maintenant, c’est celui qui investit dans la valeur, les cashflows et le progrès. Il n’y a que les actions de sociétés sérieuses et performantes qui constitue le meilleur investissement. L’épargne de protection, c’est de la protection. L’or et l’argent c’est une assurance. L’immobilier ne prend pas de valeur (pensez à l’inflation), il faut le réparer, il peut être détruit et est immobile.

    1. Bonjour Michel,

      Je suis totalement d’accord avec vous. Cependant, à mon sens les épargnes et les investissements sont complémentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.