Carnet dont la couverture est repliée sur laquelle est écrit "Recettes et dépenses journanlière" A l'intérieur, nous percevons un tableau comptes renseigné à la main.
FINANCES PERSONNELLES Gérer son budget

Comment répertorier vos recettes et dépenses ?

Dans cet article nous allons voir comment identifier les recettes et dépenses, gains et dépenses, ou encore crédits et débits. Ces couples de mots désignent la même chose ☺. Ensuite nous en ferons un bilan. Cela vous permettra par la suite de tirer des conclusions concernant vos recettes et dépenses. Cette étape est à mon sens la plus importante quand on veut commencer à gérer son budget. En effet c’est en quelque sorte notre boussole. Vous saurez exactement quelles sont vos dépenses et dans quels domaines vous dépensez le plus. Ce sera le point de départ de toutes les actions que vous prendrez par la suite. En effet, en connaissant vos postes de dépenses, vous serez mieux à même de déterminer lesquelles peuvent être supprimées ou diminuées. Le but n’est pas de se frustrer mais recadrer son train de vie s’il est trop excessif et/ou d’arrêter des dépenses inutiles. L’argent que vous ne dépenserez plus, pourra être mis de côté et travaillera pour vous. Il vous génèrera des revenus sans la moindre goute de sueur de votre part.

Sachez d’ailleurs que d’après une étude de la banque de France publiée le 13 décembre 2021, 50% des français n’ont qu’une idée approximative de leurs dépenses mensuelles. 42 % des français déclarent que l’argent est fait pour être dépensé. Chez les 18-24 ans ce sont 56% qui répondent que l’argent est fait pour être dépensé. Cliquez ici pour accéder à l’étude.

Je suis d’accord avec le fait que l’argent est fait pour être dépensé car c’est ainsi que l’économie tourne. Cependant, il ne faut pas non plus le dilapider. Nous avons tous des obligations qui nous font dépenser notre argent. Il est aussi important de se faire plaisir. Pour autant, il est important de bien connaitre ses dépenses et surtout de les maîtriser. Il est également extrêmement important de ne pas dépenser tout ce que l’on gagne.

Dernier point avant de rentrer dans le vif du sujet, il n’est jamais trop tard pour faire des économies et faire travailler votre argent à votre place. De plus, plus tôt vous commencez à économiser et à investir et mieux ce sera. Pour ne pas le citer, Warren BUFFET a fait ses premiers investissements à l’âge de 11 ans 🤯.

Quels sont les principales recettes ?

Les recettes, crédits ou gains sont toutes les sommes qui vont entrer dans votre poche. Le crédit que nous connaissons le plus n’est pas le crédit à la consommation (vous verrez, je suis très blagueur) mais bel et bien le salaire : cette somme fixe que nous attendons tous avec impatiente en fin ou en début de mois 😍. Cependant, suivant le profil de chacun, il peut y en avoir d’autres. Je vais essayer d’en balayer le plus possible avec vous en détaillant les principaux. Bien que j’aimerais que cette liste soit la plus complète possible, vous imaginerez bien qu’elle ne sera malheureusement pas exhaustive.

Ensuite, dans le même esprit que le salaire, nous retrouvons les pensions en tous genres. Si vous êtes retraité(e), votre pension de retraite, ou la pension de reversion que vous percevez est un gain. De plus, les pensions d’invalidité et / ou militaire d’invalidité, les pensions suite à un handicap, etc sont à prendre en compte. Si vous êtes divorcé(e), vous devez également lister la pension alimentaire que vous percevez.

Si vous avez une ou plusieurs activité(s) complémentaire(s), il est aussi important de ne pas oublier les revenus qu’elles vous génèrent. Également, si vous êtes retraité(e) de l’armée et que vous êtes salarié(e) dans le civil, comptez votre pension de l’armée ainsi que les revenus de votre (vos) activité(s) dans le civil.

Si vous êtes investisseur et que vous utilisez les revenus générés par vos investissements pour vivre, vous devez en tenir compte. Donc s’ils rentrent dans votre budget de fonctionnement, comptez les dividendes, royalties, versements de SCPI, etc. Mais si vous les réinvestissez directement ou s’ils sont automatiquement réinvestis, ne les prenez pas en compte. C’est la même chose avec vos revenus immobiliers. Si vos loyers, rentrent dans votre budget de fonctionnement ou s’ils servent à rembourser un crédit immobilier rattaché à votre compte courant, comptez-les comme une recette. Mais, s’ils sont directement réinvestis ou s’ils sont perçus par une société que vous détenez (SCI par exemple), ne les prenez pas en compte. Cependant, si vos loyers sont perçus par une SCI (ou une autre société) dans laquelle vous avez des parts et que vous vous versez, tout ou partie de ce revenu sur votre compte courant, prenez en compte le montant que vous vous versez.

Il faudra également considérer toutes les rentes que vous touchez chaque mois. Si votre bien immobilier (maison, appartement, etc) est en vente viagère et que vous percevez un rente chaque mois, il faut en tenir compte. Si vous êtes divorcé(e) et que vous avez droit à une prestation compensatoire, celle-ci fait partie de vos recettes.

Vous l’aurez compris, ici, tout ce qui rentre sur votre compte courant et qui vous sert à vivre doit être comptabilisé comme une recette.

Quelles sont les principales dépenses ?

Maintenant, nous allons identifier vos dépenses ou débits. Un débit est le contraire d’un crédit et désigne donc l’argent qui sort de votre poche. Comme vous l’imaginez, il existe une multitude de dépenses. Tout comme les recettes, je vais essayer de vous en donner une liste la plus complète possible. Tout comme dans le paragraphe précédent, elle ne sera pas exhaustive. Je distingue d’ailleurs 2 catégories de dépenses : les dépenses fixes et les dépenses variables.

Les dépenses fixes

Dans cette catégorie je sélectionne toutes les dépenses qui ne varient pas ou très peu d’un mois à l’autre et qui sont récurrentes.

La première dépense concerne votre logement. Si vous êtes locataire prenez en compte votre loyer et si vous êtes propriétaire, ce sera votre crédit immobilier qu’il faudra considérer. Si vous avez fini de payer votre crédit immobilier ou si vous avez acheté comptant, ce poste n’est pas à prendre en compte.

Petit aparté : d’après une étude de l’INSEE parue en 2020, en 2017 le logement représentait 22% des dépenses des 20% des ménages les plus modestes. Le logement est le premier poste de dépense pour les ménages modestes. Pour les ménages les plus aisés, il représente 12% des dépenses arrivant en 4° position des dépenses.
Cliquez ici pour lire l’étude complète.

Graphique présentant la répartition des dépenses des ménages français en fonction de leur niveau de vie
Répartition des dépenses des français en fonction de leur niveau de vie
Source : INSEE

Je tiens à préciser que pour la suite de mon article je ne suis pas l’ordre de l’étude de l’INSEE donnée dans l’illustration ci-dessus. Je la trouve intéressante et visuelle (c’est pour cela que je vous la partage) mais mon article n’est pas bâti autour.

Un autre poste de dépenses qui peut peser parfois lourd et qui diffère suivant le niveau de vie est l’imposition. Mon but ici n’est pas de polémiquer à ce sujet mais de lister une dépense réelle et qui peut être importante pour certains ménages. Si vous n’êtes pas prélevé(e) à la source, n’oubliez pas l’impôt sur le revenu. Ensuite, comptabilisez la taxe foncière et la taxe d’habitation si vous êtes mensualisé(e). Si vous n’êtes pas mensualisé(e) et pour les autres impôts pour lesquels la mensualisation n’est pas possible, il faudra prévoir cette dépense dans votre budget du mois auquel le paiement sera effectué. Nous en reparlerons dans un autre article.

Un autre poste de dépense pouvant être important chez certains d’entre nous concerne les abonnements en tous genres. Il va être encore difficile pour moi d’être exhaustif tellement il en existe de différents. Il faut que vous visiez ici tous les abonnements. Bien évidemment il vous faut prendre en compte vos abonnements téléphoniques (téléphone fixe et téléphone portable), votre abonnement internet, d’eau, d’électricité, de gaz, de train, de métro, de bus, etc. Ce sont les plus courants et ceux qui concernent la plus grande majorité. Ensuite viennent les abonnements « annexes », qu’il me sera impossible de détailler de manière exhaustive. Cela peut être votre abonnement à votre salle de sport, à vos magazines préférés, aux services divers et variés (service de dépannage, etc), à vos jeux vidéo, aux services de vidéo à la demande (canal +, salto, netflix, amazon prime vidéo, apple TV, etc), aux box mensuelles (maquillage, bières, vin, articles de mode, …), etc.

Ce ne sont pas des abonnements, mais il est aussi important de prendre en compte vos frais bancaires mensuels. Cela dépendra de votre banque. Certaines proposent de payer la carte bancaire et les services associés chaque mois, d’autres prélèvent le montant de la carte une fois par an et les services associés chaque mois. Dans ce cas, il faudra, tout comme pour les impôts, prévoir le montant du prélèvement de la carte bancaire pour le mois en question. Les agios, si vous en avez, n’étant pas les mêmes d’un mois à l’autre, il vous faudra les comptabiliser en frais variables.

Autre poste de débit important : les frais liés à votre (vos) enfant(s). Ils seront différents selon son (leur) âge. Pour les plus petits, ce seront le frais de garde (assistante maternelle, crèche), les couches, etc. Pour les plus grands, ils seront représentés par la cantine, le centre de loisir, les frais de scolarité (si école privée), le (les) club(s) de sport, etc.

Ensuite, viennent les crédits. Pour ma part, je ne préconise pas de s’endetter pour acheter des objets qui ne prennent pas de valeur. A titre personnel, je n’ai que 2 crédits : 1 pour ma résidence principale et 1 autre dans le cadre d’un investissement pour financer des parts de SCPI. Dans le premier cas, c’est un bien que je souhaite garder longtemps, même si aujourd’hui il me coûte de l’argent et dans le second cas je cherchais à me créer un capital supplémentaire. Dans ces 2 cas je risque plus de faire une plus-value que le contraire.
Cela dit, je sais que de nos jours beaucoup contractent des crédits. Rassurez-vous, ce n’est pas une fin en soi mais à partir de maintenant n’en contractez plus pour des choses qui ne vous rapportent pas d’argent. Listez donc tous vos crédits : crédit(s) immobiliers, crédit(s) à la consommations, crédit(s) voiture, les « payez en X fois sans frais », etc.

Ensuite, listez toutes vos assurances : assurances logement, propriétaire non occupant, loyers impayés, voiture, moto, accidents de la vie, prévoyances diverses, versement sur un contrat d’assurance vie, assurance scolaire, etc.

D’un point de vue général, pour les dépenses pour lesquelles vous n’êtes pas mensualisé(e), tout comme pour les impôts non mensualisés, n’en tenez pas compte dans vos dépenses mensuelles mais recensez-les comme des dépenses ponctuelles. Il faudra que vous les prévoyiez dans le budget du mois de prélèvement.

Les dépenses variables

J’appelle « dépenses variables » toutes les dépenses qui ne sont pas fixes. Autrement dit, ce sont les dépenses qui varient d’un mois à l’autre et/ou qui ne sont pas récurrentes.

Dans ces débits, je prends en compte les courses alimentaires car leur prix varie en fonction des mois et des saisons. Notez donc toutes les dépenses en relation avec l’alimentaire : grandes surfaces, boucher, boulanger, poissonnier, primeur, etc.

Ensuite, viennent les dépenses nécessaires mais pas récurrentes. D’abord, abordons celles liées aux transports. Si vous avez une voiture, une moto ou un scooter, prenez en compte, le carburant, l’entretien, les réparations, le péage, l’achat d’équipements et d’accessoires, …
Puis, si vous en avez, comptez les frais liés à votre profession : achat d’outils, d’ustensiles, de costumes/uniformes, etc. En effet, dans certains cas ils ne sont pas toujours remboursés en totalité par votre employeur.
Ensuite, viennent celles liées à votre (vos) résidence(s) : entretien, travaux, réparations aménagement, équipements.
Si vous en avez, il vous faudra également tenir compte de vos agios.

Enfin, arrivent les dépenses plaisir : restaurant, shopping, achats en ligne, achats en vente privées, cinéma, vacances, week-end à l’extérieur, sortie au sens général, … Encore une fois, il est impossible de donner une liste exhaustive. Vous avez compris le principe et saurez reconnaître aisément ces dépenses.

Maintenant, à vous de jouer !

Vous allez me dire : « c’est bien beau de connaître les différentes recettes et dépenses mais ça me fais une belle jambe tout ça! A quoi ça va me servir ? » Ne vous inquiétez pas, je vais vous expliquer ma méthode dans les lignes qui suivent. Encore une fois, il s’agit de ma vision et de la méthode que j’applique pour moi.

Alors, munissez-vous d’une feuille de papier ou d’un tableur excel et de vos 6 derniers relevés de comptes. Le but de l’exercice est de bien identifier les postes principaux de dépenses. Il sera plus simple pour vous par la suite d’adapter vos dépenses et surtout d’en supprimer certaines. Vous allez prendre conscience de certaines mauvaises habitudes et vous pourrez y faire face plus facilement car le fait de faire ce bilan vous permet de maîtriser vos dépenses.

Pour commencer, nous allons identifier les recettes. C’est le plus simple car en général elles sont moins nombreuses que les dépenses. Prenez votre premier relevé de comptes et cherchez-y votre salaire. Ensuite notez sur votre feuille ou votre tableur « salaire » et faites y correspondre le montant. Ensuite, si vous avez d’autres revenus, cherchez le suivant sur votre relevé de comptes et notez le également. Par exemple, loyer appartement 1 ➜ XXX€, et ainsi de suite pour toutes vos recettes. Vous pouvez les catégoriser, si vous le souhaitez. Par exemple : salaire, pension, revenu boursier, revenu immobilier, activité complémentaire, etc. Reproduisez cette opération pour les 5 autres relevés de comptes.

Maintenant, nous allons nous attaquer aux dépenses. Comme vous avez identifié vos recettes, vos dépenses sont les lignes restantes. Si vous le souhaitez, aidez-vous des différents types de dépenses énumérés plus haut pour reconnaître et classer les vôtres. Prenez chaque ligne, identifiez la dépense, catégorisez-la puis notez-la sur votre feuille ou tableur. Par exemple : abonnement portable ➜ abonnement ➜ XX€, Assurance voiture ➜ Assurance ➜ XXX€, Crédit maison ➜ Crédit ➜ XXX€, etc.
Ensuite, faites de même pour les 5 autres relevés de comptes.

Maintenant que vous avez fait le bilan de vos recettes et dépenses, vous savez exactement ce qui vous rapporte de l’argent mais surtout vous avez identifié là où il part chaque mois. Je suis sûr que vous y voyez déjà plus clair et que vous apercevez des améliorations à apporter à la gestion de votre budget. Nous verrons dans de prochains articles comment utiliser ce bilan pour améliorer vos finances.

Conclusion

Vous l’aurez bien compris, il est primordial de toujours bien connaître ses recettes et ses dépenses et de savoir où vous en êtes à chaque instant. Ainsi votre budget est maîtrisé et vous, vous êtes serein(e) car il n’y a pas d’inconnu.

Dans cet articles, vous avez vu les recettes et dépenses les plus courantes. Vous en trouverez surement d’autres lors de votre analyse. Le plus important est que vous sachiez les différencier et les classer par catégories afin de former des paquets que l’on appelle des postes de dépenses.

Catégoriser vos gains mais surtout vos dépenses, vous permet de cartographier ces dernières et de les quantifier par poste. Ainsi, vous pourrez plus en prioriser un par rapport à un autre, ou vous rendre compte que vous allouez trop de budget à un poste annexe. Cela vous permettra d’équilibrer vos dépenses. Mais, surtout, le but recherché est vraiment de les optimiser en supprimant celles qui sont inutiles. Au lieu de « jeter » votre argent, vous pourrez l’économiser et surtout l’investir pour qu’il travaille à votre place et le retrouver bonifié plus tard.

Surtout ne perdez pas de vue que votre argent sera mieux dans votre poche que dans celle d’un autre.

Je sais que de faire un bilan de ses recettes et dépenses sur 6 mois peut être long et fastidieux mais c’est une étape essentielle. Faites le à votre rythme et en plusieurs fois s’il le faut mais faites-le consciencieusement. Vous verrez qu’une fois cet exercice fait, vous trouverez la gestion de votre budget plus simple et vous apercevrez immédiatement des pistes d’améliorations.

Alors, à vos stylos ou tableurs 🤓 et partagez moi en commentaire les difficultés que vous rencontrez en faisant cet exercice et les pistes d’amélioration que vous voyez.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. metremalin a dit :

    Merci Julien pour ton article agréable à lire et dynamique. Des conseils rapides et efficaces à mettre en pratique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.