Photographie représentant les horloges présentes dans les salles de marchés. Y figurent les heures de Londres, New York, Tokyo et Moscou.
Bourse INVESTISSEMENTS

Trading et Investissement : les 7 différences

J’ai remarqué que beaucoup de personnes dans mon entourage confondent entre le trading et l’investissement. Il ne s’agit pas du tout de la même chose même si derrière beaucoup d’investissements se cachent des traders.

Je vois aussi des personnes dire qu’elles investissent dans le trading. À mon sens ce n’est pas correct même si pour eux ça l’est, car elles passent par des robots de trading ou des systèmes de Ponzi. Comme elles remettent leur argent à un organisme, c’est un investissement. Enfin, ce n’est pas le sujet de mon article parce qu’il s’agit purement et simplement d’arnaques. N’hésitez pas à lire l’article que j’ai écrit pour savoir comment reconnaître un mauvais investissement.

Le trading et l’investissement sont 2 domaines qui m’intéressent beaucoup. D’ailleurs, je pratique ces 2 disciplines à titre personnel. Ce sont devenues deux passions pour moi. En effet, grâce à elles, j’avance techniquement, mais aussi personnellement, car j’apprends beaucoup de choses me concernant.

Mon but est de vous expliquer la différence entre ces 2 disciplines à travers 7 critères de comparaison.

1- La durée de la position

Tout d’abord, une grande différence entre le trading et l’investissement est la durée pendant laquelle vous restez en position. Par définition, le trading est une discipline qui se pratique relativement courte comparé à l’investissement.

On distingue 3 types de trading :

  • Le scalping : une position scalping dure de quelques secondes à quelques minutes. Le but est de saisir les petites variations. Certains traders, le détournent un peu en gardant leurs positions entre quelques minutes à quelques heures. On l’appelle l’intra-scalping.
  • Le day trading : il consiste à ouvrir une position le matin et à la clôturer le soir. Celle-ci dure une partie de la journée ou la journée entière. Certains day traders peuvent la laisser courir sur 2 ou 3 jours
  • Le swing trading : il s’agit du mode de trading le plus long. En effet, la position reste ouverte d’une semaine à plusieurs mois.

Comme vous l’avez vu juste au-dessus, le trading est une disciple qui se pratique sur le court terme. En effet, la position reste ouverte de quelques secondes à quelques semaines ou mois. Un trader va donc chercher à suivre une tendance sur le court-moyen terme et il va répéter les opérations.

L’investisseur va quant à lui suivre une tendance long terme. Le but lorsqu’on investit est de sélectionner une action, un ETF, un fond…, qui va croitre dans le temps. Ici, on ne recherche pas une grosse rentabilité en peu de temps.

En investissement, vous achetez des actifs dans le but de les garder plusieurs années. De plus, vous répétez beaucoup moins souvent l’opération. Si vous utilisez la méthode DCA (Dollar Coast Averaging), vous la répèterez qu’une fois par mois.

2- L’analyse

Une autre grosse différence entre le trading et l’investissement demeure dans l’analyse que vous menez pour sélectionner vos actifs. Il existe 2 types d’analyses. Le trader en utilise une alors que l’investisseur pratique l’autre. Voyons ensemble de quelles analyses il s’agit et qui les utilisent.

Analyse technique

L’analyse technique consiste à étudier le graphique pour déterminer la tendance du marché afin de la suivre. Elle sert également à déterminer le point d’entrée en position. Il est entièrement possible de trader uniquement grâce à l’analyse technique et sans utiliser d’indicateur technique.

Personnellement, je n’utilise que très peu d’indicateurs dans mon trading. J’étudie les variations du prix et je recherche des figures techniques. Ainsi, je détermine mon point d’entrée et je rentre en position.

L’analyse technique est donc principalement pratiquée en trading. Cependant, elle peut par ailleurs être utile pour affiner son point d’entrée en investissement. Néanmoins, celle-ci ne sera pas suffisante pour déterminer si vous pouvez investir dans un titre.

En trading, vous ne vous intéressez pas à la santé d’une entreprise ni du marché, car votre position est de courte durée. C’est pour cela que vous n’utilisez que le graphique. Toutefois, vous restez informés des évènements économiques qui peuvent faire bouger le marché de manière excessive.

Analyse fondamentale

Contrairement à l’analyse technique, l’analyse fondamentale ne s’intéresse pas au graphique de l’actif que vous étudiez. En effet, celle-ci consiste à étudier la santé de l’entreprise dans laquelle vous souhaitez investir.

Effectivement, pour ce faire, vous analysez les différents bilans de l’entreprise, son capital, les dividendes qu’elle verse, les affaires judiciaires en cours, etc. Cette analyse vous permet de déterminer si cette entreprise est en bonne santé et est assez solide dans la durée.

L’intérêt ici est que vous puissiez y investir pour de nombreuses années et que la valeur de l’actif augmente durant cette période.

Étant donné que le trading consiste à ouvrir des positions de courte durée, l’analyse fondamentale n’est pas nécessaire à cette discipline.

3- Les types d’actifs

Les actifs ne sont pas les mêmes que l’on trade ou que l’on investisse. En effet, certains sont plus utilisés en trading alors que d’autres le sont plus en investissement.

En trading, vous sélectionnez des titres parmi :

  • Les matières premières : il s’agit du pétrole, de l’or, de l’argent, du gaz, du blé, du cacao, etc.
  • Le FOREX (foreign exchange) : le FOREX est le marché des devises. Vous pouvez y trader l’EURUSD (l’Euro contre le Dollar Américain) par exemple.
  • Les indices : ils sont composés de plusieurs entreprises. Les plus connus sont le CAC40, le DAX40, le Dow Jones, le Nasdaq et le S&P500. Il en existe beaucoup d’autres.
  • Les cryptomonnaies : vous pouvez également trader les cryptomonnaies. Cependant, elles sont très volatiles. De ce fait, le swing trading est le plus adapté.
  • Les actions : il est totalement possible de trader des actions. Si vous détectez une figure en chandelier japonais, vous pouvez tout à fait la trader. La démarche ne sera pas la même que lors d’un investissement.

Les choix des investisseurs portent sur :

  • Des actions : contrairement, au trading, vous sélectionnez vos actions en utilisant l’analyse fondamentale afin de la garder plusieurs années.
  • Des ETF : ils reproduisent les variations d’un indice, d’une matière première. Certains représentent un secteur d’activité, d’autres se positionnent sur un secteur géographique.
  • Des SICAV : ce sont des sociétés d’investissement à capital variable. Vous entrez dans leur capital en achetant des actions.
  • Des FCP : les fonds communs de placements sont gérés par des gestionnaires experts. Ils s’adressent à des investisseurs qui ont peu de connaissances.
  • Des fonds structurés : aussi appelés fonds à formule, les fonds structurés, reproduisent le cours d’un sous-jacent.
  • Des cryptomonnaies : vous pouvez directement détenir des cryptomonnaies en direct dans le but de les garder plusieurs années. La démarche est semblable à l’investissement en actions.

Cliquez ici pour avoir plus de détails sur les différents actifs permettant d’investir en bourse.

Photographie représentant un morceau d'une page de journal boursier. Y figurent les variations de plusieurs places de marché.

4- L’expérience requise

Vous pouvez investir en bourse sans trop de difficultés en utilisant des ETF. Vous devez tout de même acquérir quelques connaissances. Elles sont aisément accessibles sur des blogs ou dans des vidéos. Les ETF étant déjà diversifiés, vous en sélectionnerez dans des domaines d’activités et géographiques différents. Aucune analyse fondamentale n’est requise. Vous devrez toutefois consulter le document d’informations clés pour l’investisseur (DICI) afin de vérifier quelques paramètres.

Néanmoins, investir directement dans des actions est moins aisé qu’investir dans des ETF. Pour cela, vous devez étudier des paramètres précis pour être sûr de sélectionner une entreprise solide. Vous utilisez l’analyse fondamentale. Des vidéos YouTube et des articles de blogs ne sont pas suffisants pour vous apporter les connaissances nécessaires à cet exercice. Vous devez absolument vous former avant d’acheter des actions en direct.

Le trading est une pratique difficile qui demande de la discipline et une psychologie à toute épreuve. Vous devez appliquer une stratégie précise et laisser vos émotions de côté. On ne s’improvise pas trader. Cependant, vous pouvez tout à fait y arriver, mais pour cela il faudra vous former.

Je vous rappelle qu’à la base, je n’étais pas dans le trading. Je me suis formé et maintenant, j’y arrive. J’insiste bien sur la formation, car 80 à 90% des traders indépendants perdent de l’argent. Faites donc ce qu’il faut pour faire partie des 10 à 20% de gagnants.

5- Le travail demandé

En règle générale, le trading demande plus de travail que l’investissement. En effet, ce dernier est relativement passif surtout si vous achetez des ETF. Dans ce cas, vous avez un peu d’analyse à faire pour sélectionner vos titres puis, c’est terminé. Si vous appliquez la méthode DCA, cela vous demandera une petite demi-heure de travail chaque mois afin de renforcer vos positions.

Néanmoins, acheter des actions en direct vous demandera plus travail. En effet, l’analyse fondamentale des titres prend beaucoup de temps. Cela dit, vous n’investissez pas tous les jours. La masse de travail est ponctuelle.

Concernant le trading, la charge de travail est variable. En effet, un scalper passe plusieurs heures devant les écrans, car il va ouvrir et fermer énormément de positions dans la journée. Au contraire, un swing trader, va procéder à son analyse technique 1 fois par semaine et placer des alertes. Une fois, déclenchée, il cherche un point d’entrée et entre en position. Cela prend environ 2 heures par semaine. Le day trader se trouve entre les deux. Pour ma part, le trading me prend entre 1 à 2 heures par jour.

L’investissement est donc plus passif que le trading.

6- Les supports

Les supports sur lesquels vous pouvez agir varient entre le trading et l’investissement. En effet, le trader ne peut uniquement utiliser un compte-titres ordinaire (CTO). S’il s’agit d’un revenu complémentaire, vous êtes imposé à 30% selon le PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique). Néanmoins, si le trading est votre activité principale, vous devez créer une société ou une entreprise pour déclarer vos gains et vos pertes. Le trader n’est pas éligible au statut de la micro-entreprise.

Du côté de l’investisseur, c’est un peu différent. En effet, celui-ci bénéficie de 3 supports différents pour investir en bourse :

  • Le plan d’épargne en actions (PEA) : ce dispositif franco-français vous permet d’investir en bourse tout en profitant d’avantages fiscaux à partir des 5 ans de vie de votre plan. En effet, à partir de cette échéance, vous êtes exonéré d’impôts sur le revenu. Toutefois, vous devez payer les prélèvements sociaux. Le PEA ne vous permet pas d’investir dans tous les actifs boursiers. En effet, vous ne pouvez acheter que des titres européens. Cliquez ici pour avoir pour de détails sur le PEA.
  • Le compte-titres ordinaire (CTO) : ce type de compte vous permet d’accéder à tous les titres de tous les marchés boursiers. En outre, vous devrez vous acquitter des 30% de PFU sur vos plus-values et vos dividendes.
  • Le contrat d’assurance vie : c’est aussi un excellent moyen d’investir en bourse. Suivant les assureurs, vous avez accès à quelques ETF et parfois quelques actions. La démarche est donc quelque peu différente qu’avec un PEA ou un CTO. L’assurance vie vous donne surtout accès à des fonds : fonds structurés, SICAV, FCP, etc. Mais, elle vous offre des avantages fiscaux. En effet, après les 8 ans du contrat, vous bénéficiez d’un abattement de 4600 € (9200 € si vous êtes 2 dans le foyer fiscal). Cliquez ici pour consulter l’article complet au sujet de l’assurance vie.

7- Les rentabilités

Le rendement d’un investissement en bourse est en moyenne entre 4 et 10% par an. Cela varie bien sûr en fonction des krachs, évènements géopolitiques, etc. Plus vous restez investis longtemps et plus votre rentabilité sera meilleure. En effet, cela permet de lisser les risques. Le rendement de votre investissement varie également en fonction des actifs que vous achetez. Le rendement d’un investissement boursier, varie d’une année à l’autre.

Le principe du trading étant de garder les positions peu de temps, cette activité n’est pas trop perturbée par les krachs et autres évènements. Le trader doit toutefois savoir s’adapter aux marchés. Suivant son style de trading, un trader arrive à sortir aisément une rentabilité entre 5 et 10% par mois. Certains vont même bien au-delà en s’offrant 20% voire plus de rentabilité certains mois. Tout comme pour l’investissement boursier, les rendements générés par le trading varient d’un mois à l’autre.

Pour conclure

Le trading et l’investissement sont donc 2 disciplines différentes. Elles sont même complémentaires. En effet, vous pouvez faire du trading votre activité principale. Une fois le montant nécessaire pour vivre retiré, vous investissez le reste. Ainsi, le jour où cette pratique fonctionne moins bien, vos investissements prennent la suite en attendant de pouvoir trader de nouveau.

Toutefois, vous pouvez également profiter des intérêts composés en laissant vos profits sur votre compte de trading. Ainsi, vous augmentez votre capital. Cela est également possible en investissement. Pour ce faire, vous réinvestissez vos dividendes. Reste à déterminer si cela est vraiment judicieux fiscalement parlant.

Dans tous les cas, n’oubliez pas que vous devez absolument comprendre ce que vous faites, que ce soit en trading ou en investissement. Se former est obligatoire pour trader et pour acheter des actions en direct.

Je profite de cet article pour vous mettre une nouvelle fois en garde sur les arnaques présentes sur les réseaux sociaux. Des influenceurs ou des « investisseurs » malveillants vous proposent d’investir dans le FOREX, l’or, les cryptomonnaies…, sans vous occuper de rien. En échange, ils vous proposent des rendements faramineux ou même de gros chèques tous les mois. Il ne s’agit pas d’investissements, mais bien de MLM (marketing de réseau) et de pyramides de Ponzi. Les seuls à s’enrichir sont les fondateurs et ceux qui vous poussent dans ces arnaques. Ne cédez pas à l’argent facile.

Et vous, êtes-vous plus trader ou investisseur ? Ou peut-être bien les 2 ?

Disclaimer : Ce contenu ne fait pas l’objet de conseil en investissement. Investir comporte des risques dont vous êtes responsable.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. 👍 beaucoup de confusion ds la tete du grd public entre les 2. Bravo pr cet article tres clair

    1. En effet, trop de confusion au sujet de ses 2 disciplines pourtant si différentes. Merci pour ton commentaire 😊

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.